Violaine a une formation d’architecte. Elle a voyagé pendant six mois, en France, d’un chantier participatif à l’autre et, plus particulièrement, dans ceux qui concernent les bâtiments en paille. Aujourd’hui, elle « coache » des chantiers de ce type. C’est elle qui a coordonné le chantier de Joël Scuttenaire, à Rebecq, dans le Brabant Wallon.
La maison de Joël est une construction en ossature bois avec remplissage de paille et enduit en terre; elle fait partie d’un habitat groupé dont le collectif des habitants expérimente l’habitat léger et écologique : yourtes, bâtiments en ballots de paille et en argile…

Faire avancer le chantier à moindre coût…

Un entrepreneur s’est chargé de l’ossature de la maison, des fondations, de la couverture… Pour le chantier de la paille et des enduits, Joël a préféré travailler en auto-construction sur le mode du chantier participatif. Il a donc fait appel à Violaine pour encadrer et coordonner le chantier.
« Au départ, l’idée du chantier participatif était une solution pour faire avancer le chantier à moindre coût, explique Violaine ; c’était un projet complètement informel. »
Et, au total, le chantier aura duré un mois et demi, en accueillant des groupes d’une dizaine de personnes, à chaque fois…
« Il y a eu des amis, des amis d’amis, des voisins… Il y avait des gens qui avaient déjà un peu d’expérience, dit-elle, et d’autres pas du tout… »

Mais surtout apprendre ensemble !

Violaine a organisé le chantier par groupes de dix personnes maximum afin de rester efficace et productif. Le travail se faisait toujours en binômes : quelqu’un qui connaissait bien la technique accompagnait quelqu’un d’autre qui ne la connaissait pas. Une organisation bien rôdée ! A chaque début de semaine, Violaine expliquait la technique, l’organisation du travail et le fonctionnement de la journée, un temps de présentation et d’explication qui était toujours suivi d’une démonstration pratique de ce qui allait être réalisé au cours de la semaine.
« Construire et créer ensemble, c’est quelque chose qui a vraiment porté le groupe, raconte-t-elle. Et puis l’ambiance était assez géniale… »
Les bénévoles venaient réellement avec l’envie d’apprendre mais aussi et surtout pour vivre l’expérience unique de faire quelque chose ensemble.
« L’idée, c’est que les gens viennent s’informer et travailler sur le chantier et, en échange, ils sont nourris et parfois même logés. Au niveau des rencontres et de l’humain, c’est vraiment très riche. »
Le chantier s’est donc vraiment bien passé. « Il faut dire que Joël a le sens de l’accueil, précise Violaine ; il adore accueillir les gens chez lui, faire à manger… Au final, ce fut une très belle expérience sur le plan humain ! A refaire bien entendu ! »

Joël Scuttenaire ouvre les portes de sa maison et de son jardin le dimanche 20 septembre, à 11h. Chemin de Hurtebise, 3 à 1430 Rebecq.
Au programme : visites, ateliers d’enduit à l’argile et de cintrage du bois, cuisine de plantes sauvages, démonstration du compostage…
(article paru dans Valériane – La revue de Nature & Progrès Belgique – n°113 – mai-juin 2015- p.11) avec l’aimable autorisation de la rédaction.

Share This